Project: OBJECTIF ? MINUTES

Dada String Quartet: « C’est rond parce que les drums sont ronds, c’est triangle parce que la harpe est presque triangle, et c’est carré car la flûte n’est pas carrée… » DADA STRING QUARTET_3 Avec « Objectif ? minutes » le trio improvise avec les yeux sur le chrono ; les pieds dans le zzaj/jazz et latnemépxe’l/l’expérimental. « Dada string quartet » emprunte à ses grands-pères Dadas (1915-2015) leur goût de l’artisanat original, des extravagants costumes cubistes et des actions hétéroclites… Exemple N°1 Objectif 2 minutes & Objectif 40 minutes

  • Deux minutes pour faire une ronde à trois, dans les champs de coquelicots sauvages, comme en 1915.
  • Deux minutes pour embobiner les arbres de la forêt de Valeyres-sous-Ursins à l’aide d’une pelote de laine… en la laissant tomber, à la fin.
  • Deux minutes de cuisson d’un œuf à la mode Dada : à mi-chemin entre gobé et à la coque, avec effet secondaire garanti !
  • Quarante minutes pour mettre doucement son bonnet, avec le regard déterminé de celui qui négocie son prêt bancaire.
  • Quarante minutes pour une folle partie de « Rubik’s cube » dans une grange froide.
  • Quarante minutes chrono pour une sieste délicieusement distordue, allongé dans un transat rayé sous un parasol jaune poussin, avec fuite, à la fin.

Rendez vous pour ? minutes d’improvisation par tranche de ? ou ? minutes. A vous de choisir !

Dada String Quartet

 C’est rond parce que les drums sont ronds, c’est triangle parce que la harpe est presque triangle, et c’est carré car la flûte n’est pas carré… 

 

Park Stickney, incontournable harpiste jazz et globe-trotter, Violaine Contreras de Haro, flûtiste jonglant avec les flûtes et les sons, et Alexandra Bellon, la fripouille qui frappe sur tout ce qui bouge, n’existent pas vraiment.  Bien sûr que non.

Non, ils sont une espèce de “mass delusion”, née, on peut l’imaginer, dans la conscience collective.  Dans cet éternel besoin humain, pour le sons qui…

Ok.  Ils existent.  C’est vrai.  Ils jouent.  Ils rient.  Ils font des bêtises musicales.  Ils sont probablement en train de jouer, rire, et musicalement bêtiser maintenant, quelque part sur terre (ou ailleurs, d’ailleurs), mais vous n’y êtes pas.  Vous êtes en train de visiter leur site.  C’est bien, mais ce n’est pas assez.   Attention!  La vie est trop courte pour manquer cette intersection inédite qu’est… le Dada String Quartet

 

Prochain concerts:

December 3, 2015 — Dada String Quartet with Danse Habile
United Nations, Geneva

December 4, 2015 — Dada String Quartet, private concert
Freiburg, Germany

December 5, 2015 — Dada String Quartet:   Le Kiosque à Musiques, Moudon, Chapiteau Helvetia

December 20, 2015 — Dada String Quartet:  Noel Surprise au Temple d’Apples, 18h
Apples, Switzerland

Objectif ? Minutes:  Dada String Quartet tour in New York

    – January 8, 2016 — Dada String Quartet: Barbés, 8-9:30 PM, Brooklyn, NY

    – January 9, 2016 — Dada String Quartet: Diller-Quaile Rug Concerts

April 1-6, 2016 — Edinburgh International Harp Festival, 67% Dada String Quartet concert,
Park & Violaine in duo

May 29, 2016 — Dada String Quartet Concert
Apples, Switzerland, details tba

 

Project: Gens de Brassage

Qu’est-ce donc que cela ?

Les trois musicien tous terrains du Dada String Quartet explorent le monde de Georges Brassens. Reprenant ses thèmes, s’inspirant de son inégalable « groove », Park Stickney, Alexandra Bellon et Violaine Contreras de Haro vous emmènent en voyage à travers les mélodies de GB. Un moment où l’improvisation est reine, basée sur les chansons des plus connues aux plus surprenantes. Flûtes multiples, harpe à pédales, percus en tout genre. Un spectacle avec des surprises, et bien sûr, la participation du public qui pourra aussi décider du style de la prochaine interprétation, chanter les thèmes les plus connus et rire sans retenue !

Une musique vivante, spontanée, instinctive, improvisée.

 

Et alors, ces trois Dada String Quartetistes?  

Alexandra Bellon : Très jeune au centre de l’Afrique, son cœur est bercé de rythmes au parfum de terre rouge. A son retour, la fripouille frappe sur tout ce qui bouge ! En quête du « pouls » des sons, elle trimballe ses « drums » de trains en avions, à la rencontre d’artistes éclectiques…

Violaine Contreras de Haro, flûtiste tombée petite dans la marmite de la musique, n’a jamais cesser de….souffler ! Souffler dans ses multiples flûtes aves lesquelles elle jongle et colore la musique. Sautant à pieds joints dans les différents styles, classiques, contemporains, jazz, irlandais, elle aime à raconter des histoires avec les sons et les module à sa façon. Après des études aux Conservatoires de Strasbourg, Lyon et Lausanne, elle pose ses valises en Suisse où elle exerce son métier d’enseignante au Conservatoire de Lausanne et de musicienne dans divers ensembles et projets, avec passion.

Bien que Park Stickney déclare que ce n’était pas dans ses intentions de galopin de dix ans d’arpenter le monde comme harpiste de jazz, c’est pourtant bien à cet âge-là, en 1978, qu’il s’est embarqué dans cette voie, en participant au premier concours du Jazz and Pop Harp Festival. Depuis lors, il est non seulement devenu membre du corps enseignant de ce festival (en 1995), a terminé ses études de musique à la Juilliard School de New York, mais il a aussi joué à travers toute l’Europe, l’Asie et les Etats-Unis, dans une grande variété de formations et de genres, passant avec une incroyable aisance du jazz au classique ou encore au rock.  C’est cependant principalement en virtuose de la harpe jazz, sans emphase, mais avec un talent certain, un sens du « groove », une musicalité inégalée et une jubilation agrémentée d’humour que Park parcourt le monde.